Les excuses de la psychanalyse à la communauté LGBT

Un drapeau arc en ciel flotte au dessus d'une foule qui manifeste

Le mois de juin 2019 a marqué le 50ème anniversaire des émeutes de Stonewall, ce bar gay de New York ou une opération policière a déclenché des manifestations spontanées et violentes qui ont marqué l'éclosion du militantisme LGBT. À cette époque, l’oppression et la discrimination contre cette communauté étaient omniprésentes aux États-Unis, et malheureusement, la psychologie, et la psychanalyse plus particulièrement, ont grandement alimenté cette haine et cette ignorance envers les personnes LGBT. Rappelons-nous que l’homosexualité était inclue dans le DSM-II comme trouble, qu’il existait la thérapie de conversion pour « traiter » les individus LGBT, et que l’Association américaine psychanalytique (APsaA) avait interdit les professionnels de la santé mentale de la communauté LGBT à suivre ses formations jusqu’en 1991.

À cet effet, le président de l’APsaA, Lee Jaffe, M.D., a formulé des excuses officielles lors de la rencontre annuelle à San Diego le 21 juin dernier : « Malheureusement, une grande partie de notre conception antérieure de l’homosexualité en tant que maladie peut être attribuée à l’institution psychanalytique américaine. Bien que nos efforts en faveur de la diversité sexuelle et de genre soient dignes de fierté, il est grand temps de reconnaître et de présenter nos excuses quant au rôle que nous avons joué dans la discrimination et le trauma causés par notre profession et de dire : " Nous sommes désolés " ».

Gabrielle Ciquier, M.Sc.



Êtes vous un intervenant en santé mentale ?

Avez-vous déjà suivi une de nos formations ? Nous offrons de nombreux contenus qui peuvent vous accompagner dans votre pratique. La rigueur scientifique et clinique est le point commun de chacune de nos formations. Consultez notre catalogue maintenant !